AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Quand on aime, c'est pour la vie... [Hugo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lyna Carlyle

avatar

Nombre de messages : 66
Age : 27
Date d'inscription : 17/08/2008

In the Bullet
Emploi: Peintre
Copyright: [b]g
Relations:

MessageSujet: Quand on aime, c'est pour la vie... [Hugo]   Dim 24 Aoû - 17:07


Because you had a bad day
You're taking one down
You sing a sad song just to turn it around



    Revenir ici à Port Elizabeth ne fut pas vraiment une partie de plaisir pour Lyna. La jeune brunette aurait préféré en effet revenir ici pour d'autres raisons. Je ne vais pas m'étaler sur les raisons de son retour puisque vous les connaissez déjà. Mais à présent qu'elle était là, Lyna n'avait plus envie de quitter sa ville natale. Elle y avait vécut une bonne partie de sa petite vie et avait envie d'y rester encore longtemps. Et puis, il y avait tellement de bons souvenirs passaient à Port Elizabeth pour elle. Depuis son retour, Lyna aimait bien traîner dans les endroits qu'elle avait l'habitude de fréquenter lorsqu'elle était encore adolescente. Allongé dans son lit ce matin là, Carly comme on la surnommer souvent, était sur le dos, ses mains posées sur son ventre. Regardant le plafond, elle pensait à une personne... Hugo. Malgrè toute ces années passaient, cela faisait tout de même 6 ans presque 7 qu'elle ne l'avait pas revu, elle n'avait jamais pu l'oublier. Comment oublier l'homme avec qui vous avez vécut la seule et unique plus belle histoire d'amour de votre vie. Tout les deux se connaissaient depuis leur 13 ans. Ils sont sortis ensemble deux années ensemble et ça pendant 4 ans. A quoi pensait-elle précisément à cet instant même? Au fait qu'elle voudrait revoir le jeune homme. Elle ne l'avait pas croiser depuis son retour. Et pourtant cela faisait quelques mois déjà qu'elle était de retour à Port Elizabeth... Mais peut-être avait-elle fait exprès de ne pas le croiser. Etait-il lui au courant qu'elle était de retour ici? Elle n'en savait strictement rien. Elle appréhendait leur retrouvailles. Car elle savait pertinnement que Hugo lui en voulait d'être partit, de l'avoir laissé... Alors elle redoutait la réaction du jeune homme s'ils venait à se croiser. Lyna laissa échapper un soupir puis décida de se lever. Se dirigeant vers la salle de bain pour se préparer. Une bonne douche, un peu de maquillage sur les yeux pour effacer les cernes (elle avait des nuits un peu difficiles ces derniers temps) et direction son dressing pour y trouver les vêtements qu'elle portait aujourd'hui. Lyna n'était pas forcément au meilleur de sa forme en ce moment alors ce n'est surtout pas avec ces vêtements qu'elle allait se prendre la tête. Attrapant un dos nu de couleur vert pâle et d'un short en jean (pour aller plus vite, comme sur les icons), Miss Carlyle s'attacha par la suite les cheveux et descendit les marches de son loft. Après un petit déj des plus rapides, la jeune brunette décida d'aller faire un tour à un endroit qu'elle aimait beaucoup ici et qui n'était pas étonnant finalement.

    King George IV Art Gallery : C'est à cet endroit précis que Lyly souhaitait passer un peu de temps aujourd'hui. Peut-être un peu de nostalgie aussi mais c'est surtout qu'elle n'y avait pas remis les pieds depuis longtemps et qu'elle était curieuse de voir les nouvelles oeuvres qui y était affiché. Lorsqu'elle était adolescente ou même encore petite, Lyna y venait régulièrement avec son père. Ils y passaient des heures à observer tout les tableaux dans les moindres détails et à s'évader. Dans ces débuts, c'est d'ailleurs à partir de ses tableaux là que Lyna s'inspiraient pour faire les siens. Et puis, elle n'y venait pas rien qu'avec son père. Hugo et elle avaient aussi l'habitude de venir après les cours y faire un petit tour. Ils prenaient souvent un petit calpin chacun dans leur sac et se mettaient à reproduire certains tableaux. Ils se lançaient des sortes de défis à celui qui arriverait à un résultat qui s'approcherait davantage à l'oeuvre en question. Alors, si Lyna avait décidé de venir faire un tour ici aujourd'hui serait-ce seulement pour les nouvelles oeuvres, par curiosité ou plutôt dans l'espoir de retrouver enfin Hugo? Sûrement, mais elle ne voulait pas le reconnaître. Arrivé au lieu dit, la jeune femme fut surprise de voir que le personnel n'était plus vraiment le même depuis son départ. Chose tout à fait dommage car elle aurait bien aimé revoir cette fameuse vieille femme qui tenait le guichet autrefois et qui offrait même des sucreries à elle et à Hugo quand ils venaient. Bref, pénétrant dans la gallerie, il était encore assez tôt et donc il n'y avait pas grand monde. Commençant par suivre un guide, Lyna s'éloigna un peu du petit groupe et resta planter devant un tableau qui lui attira l'attention : en effet, celui ci datait du temps des colons qui avait envahit l'Afrique du Sud. Et plus précisément pour ce tableau là Port Elizabeth. C'était apparement une oeuvre rare de cette période là. La jeune femme reste à l'observer silencieusement en s'approchant quelque peu du tableau pour ne pas géner le passage mais aussi pour peut-être, y découvrir des choses intéressantes. Lyna y resta une bonne dizaine de minutes devant ce tableau. Elle s'était littéralement coupé du monde et ne s'était même pas aperçu que depuis quelques minutes, quelqu'un était derrière elle entrain non pas d'observer le tableau, mais l'observer... elle...


(C'est nul à chier mais les débuts et moi ça fait deux!
Rolling Eyes )

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hugo T. Berckford
In the Black, All the Colors Grant
avatar

Nombre de messages : 301
Age : 25
Song : The Weatherman - Damien Rice
Date d'inscription : 04/08/2008

In the Bullet
Emploi: Photographe et Peintre
Copyright: A(c)
Relations:

MessageSujet: Re: Quand on aime, c'est pour la vie... [Hugo]   Dim 24 Aoû - 23:38


MusicPlaylist



    Un réveil si doux, mais si brutale. Ce matin-là, le monde entier s'était donner le mot pour l'emmerder et lui faire passer une mauvaise journée. La première chose fut ces foutus riches de Van Staden, ce n'était pas parce qu'eux se lever tôt que tout le monde le devait aussi. Surtout quand il nous font ensuite la démonstration de leur dynamisme matinale avec leur jogging presque militaire. Il suffit qu'une maison soit un peu vieillotte et un peu à l'écart pour qu'on la considère abandonnée et ces foutus riches semblait prendre l'allée devant la maison des Berckford pour une piste de jogging !
    Il devait être à peine 10 heures, et pour Hugo ce n'est pas une bonne chose de ce lever avant midi moins le quart.. Dans la pénombre créer par les volets en bois, il enfila rapidement une chemise à carreaux et se faufila dans la cuisine pour se rapporter des trucs a grignoter dans sa chambre. Quand il revenue, le peintre voulu aérer et laisser la lumière entrer puisqu'il était desormais éveillé. Ceux-ci avaient tendance à se bloquer et cette fois-ci Hugo força sans regarder au préalable s'ils étaient bloqué. Ils restèrent bloqués, malgré la force qu'y mettait Hugo, ils ne voulaient pas bouger. Quand le jeune homme força une nouvelle fois, le volet se cassa et il manqua de passer à travers la fenêtre.
    " Et merde putain !"

    Hier soir, il était resté toute la soirée au Frederick Café et en rentrant n'a pas eu le courage de faire autre chose que se s'étaler dans son lit. Il y avait de la vaisselle sale à nettoyer, du linge a repasser, il avait même des tableaux à finir, et il n'avait pas remarqué que son répondeur avait un nouveau message.. Vous avez un nouveau message, reçu hier à 17h23, " Bonjour c'est la responsable du King Georges VI art gallery, je vous appelle par rapport à votre expo dans la salle temporaire, nous n'avons pas reçu les œuvres de l'artiste suivant, et nous avions dans l'idée de prolonger votre exposition et d'y afficher quelques unes de vos photographies.. Si vous êtes d'accord, il nous faudrait donc une dizaine de clichés que vous pourrez amené demain dans la matinée si possible. Merci à vous Hugo et à bientôt j'espè..." Hugo fit les gros yeux tout en appuyant sur le bouton supprimer de son répondeur, il était surpris qu'on lui demande du travail en plus, vu que généralement les expos public essayer rapidement d'éjecter ses travaux. Il devait donc se rendre a la galerie avant qu'elle ne ferme et il était déjà 10 heures.. L'artiste sauta dans la douche, frotta rapidement tout ce qui avait besoin de sentir meilleur, puis s'empressa de se sécher et d'enfiler un pantalon. Ensuite direction sa chambre noire, il devait se séparer temporairement de 10 photos.. Il choisissait toujours les plus belles au premier coup d'œil car il n'avait jamais de préférence réelle.
    Chemise a carreaux bleu un peu plus grande que prévu et pantalon jean troué fut la vestimentation du jeune homme, il fila donc en vitesse vers le musée..

    Une fois là-bas, il se fit rapidement repérée par la conservatrice qui lui fit un signe de la main pour qu'il la suive. Tout en le menant vers la salle des expos temporaires, elle entama la discussion


    - Alors comment allez-vous Hugo ?
    - Je vais bien, je vais bien, un peu fatigué, mais bon la bonne nouvelle c'est cette semaine supplémentaire d'exposition..
    - Oui on a pas pu faire autrement, et puis les touristes aiment beaucoup, on a eu 87 visites de plus en moyenne quand on a mit vos œuvres..
    - J'en suis ravie..
    - C'est pour ça qu'on vous a demander des photos, ça va attirer un peu plus de monde quand on aura officialisé l'allongement de l'expo temporaire !

    La petite bonne femme ronde et le jeune homme beaucoup plus grand entrèrent dans la salle temporaire, toute la partie droite lui était dédié, 6 tableaux, dont un de ses plus grands qui représente Port Elizabeth depuis les collines.


    - Vous voulez les encadrer ou les afficher brut ?
    - Je vais pas rester longtemps et sa va vous faire perdre du temps de les encadrer alors affichons-les brut !

    Tout sourire, la jeune femme ronde, laissa entrer une assistante qui avait mené un panneau à accrocher au mur. Muni de punaises, Hugo se chargea de les afficher sur le panneau en liège avant de saluer la petite femme ronde et repartir.. Tant qu'il y était, il n'aller pas se priver de regarder un peu les vieux tableaux, qui étaient là depuis des années. Il se rappela de ce tableau datant de l'époque des colons qu'il avait essayé de redessiner avec Lyna.. Il fallait qu'il le revoit, pour se souvenir un peu du bon vieux temps et oublier ce présent de plus en plus maussade..

    Alors qu'il venait de tourner l'allée, il s'arrêta net, le souffle coupé, le tableau était devant lui a quelques mètres.. Une personne se tenait devant et Hugo avait peur de la reconnaitre. De longs cheveux brun, mini-jean et dos nue, c'était tout à fait son style. Il resta figé pendant plusieurs minutes sans rien dire, ni faire.. C'était comme s'il venait de voir un fantôme et d'un cas il repensa à Lyna. A ce qu'ils avaient vécu, ainsi que dans cette galerie, et puis leur séparation et son départ. Son départ... Elle était partie, et Hugo lui en avait voulu jusqu'à qu'il tourne la page, il avait presque oublier qu'elle existait, il l'avait rayé de sa vie et à jamais. Et elle était revenue, comme elle l'avait dit.. Ça faisait si longtemps, et même si elle avait un peu grandis et pris des formes avec le temps, il pouvait encore discerner la silhouette qu'il avait aimé au lycée. Il aurait préférait fuir et ne pas avoir à faire a elle. Hugo ne voulait pas lui parler et personne ne l'obligerai à reconnaitre l'avoir recroisait..

    Cet espoir s'envola quand elle se tourna vers lui, il ne faisait plus aucun doute qu'il s'agissait d'elle, les yeux d'Hugo furent prit par l'émotion, froissant les sourcils et ne souriant même pas, il resta froid comme le jour de son départ il y a des années.. Elle aller surement venir vers lui, même s'il espérer profondément qu'elle ne le reconnaisse pas.. Tout était devenue si confus, tremblant et versant une larme, il avait fallu d'un seul regard pour qu'il se rende à quel point elle lui avait manqué et a quel point elle l'avait blessé..


    - Lyna...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyna Carlyle

avatar

Nombre de messages : 66
Age : 27
Date d'inscription : 17/08/2008

In the Bullet
Emploi: Peintre
Copyright: [b]g
Relations:

MessageSujet: Re: Quand on aime, c'est pour la vie... [Hugo]   Lun 25 Aoû - 20:18

Ce tableau... Comment pourait-elle oublier ce tableau qu'elle connaissait sûrement par coeur? Oui un tableau qu'elle avait essayé de reproduire maintes fois avec Hugo. Jamais elle n'avait d'ailleurs réussit à atteindre un résultat satisfaisant tellement les détails de ce tableau était précis et si difficile à cerner à la fois. Mais surtout ce qui l'attira le plus était qu'elle avait dû passer des heures durant devant ce tableau sans se douter une seule fois qu'il pourrait peut-être l'aider à comprendre certaines choses. Non seulement elle regardait ce tableau par nostalgie mais aussi par curiosité, voulant découvrir la vérité sur la mort de sa mère. Elle savait très bien que le décés de cette dernière n'était pas dû à un banal accident de voiture mais à la malédiction. Autant avant Lyna vous aurez rit au nez si vous lui auriez parler de cela, mais à présent, elle y croyait vraiment. Surtout qu'elle n'était pas la seule (ce qui était plutôt rassurant d'ailleurs car certains pourraient croire que Lyna était devenue folle). Revenons-en au tableau. Lyna s'était approché le plus près qu'elle pouvait de celui ci pour pouvoir lire la plaque de présentation qui accompagnait l'oeuvre. Sur celle ci y figurer le nom de l'auteur de ce tableau, l'année de sa création ainsi que tout autre détails sur la situation,etc... Lyna croyait-elle vraiment qu'elle y trouverait des réponses? Et bien oui. En quelques sortes. La jeune femme souhaitait connaître absolument tout du début jusqu'à la fin sur l'histoire des colons. Donc les moindres petits détails pouvaient être intéressant. Elle sortit alors un petit carnet de son sac et un stylo et y griffonna tous ce qu'il y avait écrit sur la plaque. Elle recherchait davantage d'information sur cet oeuvre sur internet. Oui le web est vraiment très utilise de nos jours. Elle observa encore quelques instants le tableau mais cette fois, non pas pour observer quelques détails mais plutôt parce qu'elle se remémora un de ses nombreux moments qu'elle avait passé en face de ce tableau en compagnie d'Hugo...

Flashback :

Il était 5.oo p.m. Hugo et Lyna sortaient tout juste de leur dernier cours de la journée et se mirent à courir dans les couloirs du collège main dans la main. Pourquoi couraient-ils? Ils ne voulaient pas rater le bus qu'il les conduirait directement au King George IV Art Gallery. Ils avaient pour habitude de s'y rendre au moins deux voire trois fois par semaine après la fin des cours (au lieu de faire leur devoirs comme tout le monde, ce qui pourrait expliquer la baisse temporaire des notes de notre jeune Lyna en dernière année de collège). Attrapant de justesse leur bus, les deux jeunes adolescents prirent place à l'arrière du bus. Essouflaient, ils se regardèrent et éclatèrent de rire. Ils se connaissaient depuis plus de 2 ans à présent et leur amitié étaient toujours intacte. Elle s'était même transformé à une histoire d'amour. Hugo passa son bras autour des épaules de Lyna alors que celle ci posa sa tête sur l'épaule du jeune homme. Sentant le délicat baiser que lui déposa le jeune homme sur le front, Lyna ferma un instant les yeux, essayant de récupérer de sa course après le bus.

1o minutes plus tard, les deux jeunes gens se retrouvèrent devant leur lieu fétiche comme ils l'avaient communément batisé. Se dirigeant vers l'entrée du musée, ils retrouvèrent Clara, la fameuse vieille dame qui se chargeaient du guichet. Celle ci était habitué de les voir régulièrement ici. Du coup, elle ne les faisait même plus payé et leur offrait toujours un petit quelque chose :

- "Bonjour Clara, comment allez-vous aujourd'hui? "
- "Mis à part mon horrible mal de dos tout vas bien. M'enfin, vous êtes trop jeune pour comprendre, filez avant que le propriètaire vous voit une nouvelle fois..." Elle leur lança un sourire que les deux jeunes adolescents lui rendirent et ils se dirigèrent à l'intérieur de la gallerie. Lyna glissa sa main délicatement dans celle d'Hugo et ils se rendirent à l'endroit habituel. Celui où était exposé depuis extrêmement longtemps un tableau datant du temps des colons. Hugo et Lyna s'amusait à choisir un tableau chaque semaine et à le reproduire par la suite. Et celui qui réussissait le mieux la reproduction se voyait offrir un petit cadeau par l'autre, exemple, se faire offrir une glace ou bien parfois des cadeaux complétement ridicules mais c'était leur petit délire à eux. Bref, ils s'installèrent comme à leur habitude sur un rebord blanc en face du tableau et sortirent un petit cahier et un crayon. Il faut que je précise également que cela faisait deux semaines que les deux amis essayaient tant bien que mal de reproduire ce tableau. Tellement les deux étaient obstiné ils n'avaient pas hésité à faire exception à la règle et de rester une semaine de plus sur ce fameux tableau. Lyna s'installa confortablement en tailleur et commença à griffoner sur son calpin. Elle sentit cependant le regard d'Hugo sur elle et releva quelques secondes plus tard la tête et haussant un sourcil, elle lui demanda :
- "Qu'est-ce qui as? Tu abandonnes déjà? Si j'aurais su que ça serait aussi facile pour moi..."
- "Tu peux toujours rêver ma pauvre. Je sais d'avance que je vais gagner mais tu as oublié notre petit rituel avant de commencer..."
- "Voyez vous ça... Dis plutôt que sans ce fameux rituel, tu as peur de ne pas gagner. Faut pas avoir peur de l'avouer Berckford."
- "C'était plutôt pour toi que je voulais faire ça mais bon comme tu voudras, moi ça me déranges pas..."

Hugo retourna son attention sur son calpin et se mit à son tour à griffoner. Cependant, Lyna continua à le regarder pendant un petit moment puis, sourire aux lèvres, elle approcha son visage de celui du jeune homme et lui déposa un baiser tendrement sur la joue... "Tu as gagné... Sans ce rituel, j'arriverai pas à me concentrer...". Lyna s'approcha davantage d'Hugo attendant une réponse de sa part. Celui ci posa alors une main sur la joue de Lyna et approcha encore plus le visage de la jeune adolescente du sien jusqu'à que leur lèvre se touchent et l'embrassa tendrement. Oui, c'était ça leur petit rituel. Enfin, ça ne l'était pas avant qu'ils soient un couple. Certes, ils avaient un rituel mais c'était simplement un petit délire où ils se serraient simplement la main du genre "que le meilleur gagne".

Fin du Flashback.

Lyna ne put s'empêcher de laisser apparaître un petit sourire en se rémemorant ce fameux souvenir. Elle ne pourrait jamais les oublier. Avec Hugo, elle avait vraiment vécut les plus beaux moments de sa vie... Et elle espérait au fond qu'il y en aurait d'autres ainsi. Mais elle en doutait, elle savait très bien que le jeune homme lui en voulait énormément d'être partit, de l'avoir délaissé. Et puis sept longues années s'étaient écoulé depuis son départ, sûrement qu'Hugo l'avait carrément oublié. Peut-être avait-il déjà quelqu'un d'autres dans sa vie. Non c'était même sûr. Un aussi beau garçon comme lui devait sûrement avoir quelqu'un... Peut-être était-il même auprès d'elle à cet instant même alors qu'elle se trouvait dans cette putain de gallerie... Lyna laissa échapper un soupir. Un soupir qui montrait un peu de colère mais surtout de la tristesse. Respirant un bon coup, la jeune femme préféra aller retrouver le groupe qu'elle avait suivit jusqu'ici. Mais ils avaient apparement drôlement avancé. Du moins, elle ne les voyait plus dans son champ de vision. Elle se retourna alors pour voir si ceux ci avait peut-être fait demi tour pour visiter la salle d'exposition d'à côté... Mais elle n'eut pas vraiment le temps de s'en rendre compte. En effet, quelque chose d'autre attira son attention. Que dis-je, quelqu'un attira son attention. Et ce quelqu'un n'était autres que...

- Hugo...

Oui, Hugo.A cet instant même, en le voyant devant elle à quelques pas, elle n'en croyait pas ses yeux. Certes, elle avait fait exprès de venir ici en ces lieux dans l'espoir de peut-être le revoir mais elle ne se serait jamais douté que cela se réaliserait... Peut-être qu'elle aurait préférerait que cela ne se réalise pas. Elle pouvait sentir les battements de son coeur s'accèléraient de plus en plus après avoir croisé le regard du beau brun. Il l'était toujours. Toujours aussi beau mais encore plus qu'avant. Séduisant et pourtant il était habillé simplement. Comme toujours finalement. Elle ne pouvait le quitter des yeux. Mais pourtant, elle n'osa pas s'approcher de lui. Qu'était-elle censé faire en même temps? Elle savait que les retrouvailles ne seraient pas idylliques. Oui vous savez les retrouvailles où tout le monde est content et où tout le monde se jete dans les bras l'un de l'autre... Elle aurait aimé pourtant.

Quelques instant de silence s'écoulèrent puis Lyna prit alors son courage par deux mains et fit quelques pas pour arriver à la hauteur d'Hugo. Il était toujours plus grand d'au moins deux têtes qu'elle. Elle se rendit rapidement compte qu'Hugo n'avait pas l'air très réjouit de la revoir. Elle voyait très bien aussi que les yeux du jeune homme brillaient à ses extrêmités. Elle aurait aimé le prendre dans ses bras, le sentir tout contre elle, mais elle ne pouvait pas. Il lui en voulait encore, c'était certains. Il paraissait froid et aurait sûrement préféré qu'elle ne revienne jamais. La jeune femme baissa alors le regard un instant avant de le relever vers le jeune homme et de lui dire alors sur un ton que l'on sentait mal à l'aise...

- Je dois sûrement être la dernière personne que tu t'attendais à voir ce matin en te réveillant... Et j'aurai préféré t'éviter ça. Fais comme si tu ne m'avais pas vu, c'était pas une très bonne idée de ma part...

Lyna passa alors à côté d'Hugo en le frôlant pour se diriger vers la sortie de la gallerie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hugo T. Berckford
In the Black, All the Colors Grant
avatar

Nombre de messages : 301
Age : 25
Song : The Weatherman - Damien Rice
Date d'inscription : 04/08/2008

In the Bullet
Emploi: Photographe et Peintre
Copyright: A(c)
Relations:

MessageSujet: Re: Quand on aime, c'est pour la vie... [Hugo]   Lun 25 Aoû - 22:47

    Il n'avait pu s'empêcher d'être émue de la revoir, après tout cela faisait 7 années qu'il n'avait plus senti son odeur. 7 ans qu'il avait perdu espoir de la revoir. Hugo ne put s'empêcher de repenser à tous ces petits moments qu'ils avaient vécu. Tous ces petits gestes, ces petits rituels, toutes ces anecdotes qui ont bâti leur histoire. Il aurait voulu fuir, se retourner et simplement courir, histoire de ne plus la voir, de ne plus rien avoir à faire avec elle. Mais le peintre était paralysé, déstabilisé, c'était la pire chose qui aurait pu lui arriver en ce moment, avec tout ce qu'il lui arriver, son succès et son absence de nouvelle création, et puis Seal.. Pourquoi maintenant.. Pourquoi, pourquoi, pourquoi...
    Alors que tout se basculer dans sa tête, il se souvenu de ce moment qu'il avait passé avec elle, ici au musée. Il se souvenait de Clara, la vieille dame du guichet qui était décédé il y a 4 ans. Quelque part au fond de son fournis, il savait qu'il retrouvait ce carnet de dessin, avec une couverture noir, un carnet bon marché acheté pour le cours de dessin qu'il partageait avec Lyna. Il se rappelle avoir dessiné ce tableau, ce bateau avec tout ces détails.

    Flashback:

    Les douces lèvres de la jeune fille se décollèrent gracieusement de celles d'Hugo qui adorait le goût sucré de celle-ci. Tous les deux assis sur le rebord blanc en face du bateau colonisateur, ils avaient tous les deux commençaient le dessin de ce chef-d'œuvre. Habitué à faire ça en quelques jours, cela faisait déjà deux semaines qu'ils essayaient de le reproduire. Impossible, trop détaillé, Hugo se demandait souvent comment son auteur originale avait fait pour peindre ce bateau et arriver à placer les milles et un détails parfois complètement inutile sur cette embarcation du 18eme..
    Après une dizaine de minutes à griffonner dans le silence le plus totale, Hugo finissa son croquis, c'était pas si mal, mais sa tendance à être sale en dessin lui valait souvent des malus. On pouvait voir les traits de gomme, des pelures de crayon fixé au grain du papier ou encore des estompages involontaires qui grisait un peu le rendu final.


    - Mouais... j'ai fini et toi ?... fait voir !
    - Non j'ai pas finit ! fit-elle en repliant le cahier contre elle..
    - C'est horrible c'est ça, hein ?
    - Non c'est magnifique ce que je fait moi, et je m'applique surement plus que toi !
    - On verra bien quand on aura fait tous les deux une grande carrière qui aura le plus de succès, le propre de miss Carlyle ou le sale de Mister Berckford ! Il fit une moue étrange, tout en imitant une star devant des photographes..
    Il s'arrêta et plongea son regard dans celui de Lyna, puis les deux pouffèrent de rire..

    Fin du Flashback

    Alors que sa tête était remplis d'émotions et de souvenirs, son corps lui ne réagissait pas, figé comme une montagne. Paralysé, tremblant, il n'en revenait pas de la voir, elle. Elle était là, devant lui à quelques mètres, à regarder ce tableau, ce bateau.. Les secondes avaient paru comme des heures, et il ne s'était pas rendu compte qu'elle aussi avait hésité. Il reprit ses esprits quand elle se décida à avancer vers lui. Il resta froid, mais émue, il n'allait pas la prendre dans ses bras, ni l'embrasser, elle n'était plus sa Lyna, elle n'était plus celle qu'il avait aimé. Restant inflexible, elle était desormais à son niveau, elle était toujours aussi petite, et il était trop en colère pour se rendre compte à quel point elle était encore plus belle à présent. Tout semblait si similaire à son départ, ce moment dont Hugo se rappelait chaque secondes. Comme elle l'avait fait il y a 7 ans, elle baissa la tête..


    - Je dois sûrement être la dernière personne que tu t'attendais à voir ce matin en te réveillant... Et j'aurai préféré t'éviter ça. Fais comme si tu ne m'avais pas vu, c'était pas une très bonne idée de ma part...

    Puis elle voulu s'en aller, tout simplement, comme Hugo l'avait fait il y a 7 ans. Cette fois-ci, il ne voulait pas faire les mêmes erreurs.. Comme un réflexe, il saisissa délicatement l'avant-bras de la jeune femme quand celui-ci frôla le peintre. Il ne pouvait pas la laissé le hanté de cette manière, le voir et puis disparaitre.. Il lâcha son emprise sur elle, puis se tourna de son côté, face à la sortie..

    - Ça fait 7 ans Lyna,........ Si tu voulais essayer de me voir, tu aurais du m'appeler... Va au fond dans la salle d'expo temporaire et tu verras pourquoi je suis resté....

    La colère avait rapidement remplacer la paralysie. Il ne souhaitais plus autant la revoir qu'il y a quelques années et le vide qu'elle avait laissé derrière elle ressurgissait de manière brutale et torturait de bien de manière l'esprit blessé de l'artiste..

    - J'ai réussi.... en t'oubliant....

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyna Carlyle

avatar

Nombre de messages : 66
Age : 27
Date d'inscription : 17/08/2008

In the Bullet
Emploi: Peintre
Copyright: [b]g
Relations:

MessageSujet: Re: Quand on aime, c'est pour la vie... [Hugo]   Mar 26 Aoû - 12:23

Pouvoir faire machine arrière. C'est une chose que bon nombre de personnes sur cette terre aimerait pouvoir faire. Avoir la faculté de remonter le temps à sa guise juste pour nous permettre d'éviter de faire certaines erreurs, d'éviter la perte d'un proche... Tellement de choses. Seulement c'est tout bonnement impossible. Pourquoi je vous parles de ça maintenant? Pour la simple et bonne raison que Lyna souhaiterait vraiment revenir en arrière. Plus précisément 7 années auparavant où tout aurait pu être autrement. Là où elle a décidé de chambouler un peu sa misérable vie, la seule chose qui ne l'était pas c'était Hugo... Il l'avait rendu si heureuse. Toujours là pour elle surtout avec le divorce de ses parents, il lui avait fait réaliser son rêve et fait encore plus grandir sa passion pour la peinture. Elle lui devait tellement de choses. Mais elle l'avait lâchement abandonnée pour suivre son père à New York pour pouvoir suivre des études d'Art dans une des plus prestigieuses écoles du monde. Lyna se rendait compte à cet instant que si un génie venait à apparaître, l'unique souhait qu'elle ferait serait celui-ci : revenir 7 années auparavant. Un simple voeu qui pourtant aurait pu changer sa vie en un instant. En quelque chose de sûrement meilleur.

Hugo et elle étaient soudée à tout jamais. Ils avaient tellement traversée de choses ensemble. Si seulement... Mais comme on dit souvent, avec beaucoup de si on pourrait refaire le monde. Elle n'avait sûrement pas fait le bon choix parce qu'elle avait perdue une des personnes qui lui était les plus chères à ses yeux et en plus, elle avait beau être diplomé d'une grande école mais alors? Qu'est-ce que ça pouvait faire? Elle n'était pour l'instant qu'une jeune femme comme les autres qui était une artiste dans l'âme mais qui était loin d'être reconnu, contrairement à d'autre... Il était si bon le temps où tout était simple.

Flashback

Lyna termina son dessin alors qu'Hugo avait déjà finit depuis une bonne vingtaine de minutes déjà. Elle lui avait d'ailleurs demandé d'aller faire un tour dans la gallerie le temps qu'elle finisse. Elle n'aimait pas qu'on voit ces grifouillis avant qu'il ne soit terminé.

-
"Et voilà..." murmura t-elle alors qu'Hugo se dirigeait vers elle, avec deux sodas à la main et un paquet de bonbons.
- Enfin tu as terminé, c'est pas trop tôt. Je commençais en avoir marre d'entendre Clara se plaindre de ses problèmes de dos. Du coup, à avoir entendu tout ces malheurs, j'ai peur de vieillir moi.
Hugo lança cette remarque sur un ton amusé, bien entendu il n'en pensait pas un traître mot. Lyna laissa apparaître un sourire au coin des lèvres et lui fit signe alors de venir s'assoir à ses côtés en tapotant le rebord blanc où elle était installé depuis une bonne heure déjà... Si ce n'est plus.
- Bon aller, montres moi ton "exploit", monsieur le crados
- Hey, je t'interdis de me parler comme ça...
- Sinon quoi? Tu es incapable de me faire du mal Berckford
- Arrête de m'apeller par mon nom, tu sais que je déteste ça ...
- C'est fait exprès. Bon aller sérieusement montres moi. Tiens le mien, je te laisse examiner mon chef d'oeuvre, lançant un clin d'oeil complice à Hugo, Lyna lui arracha des mains son calpin alors qu'elle lui tendit le sien.

Fin du flashback.

Oui tellement de beaux souvenirs à ces côtés. A présent, il se trouvait en face d'elle et elle était incapable de lui dire quoi que ce soit. En même temps, que pourrait-elle bien lui dire. Elle lui avait fait tellement de mal. Et s'il savait à quel point elle le regrettait. Mais elle savait très bien qu'elle aurait beau dire, rien n'y changerait... Le mal était fait. Que devait-elle faire à cet instant précis alors? Partir en courant? Faire mine de ne pas l'avoir reconnu? Oh, non ça jamais. Lyna ne pourrait jamais oublier l'allure du jeune homme, son visage si... Lâchant un soupir, elle s'avança d'un pas mal assuré vers Hugo. Ce n'était vraiment pas facile pour elle et elle aurait peut-être mieux fait de rester chez elle ce matin. Même si elle souhaitait vraiment le revoir, c'était dans ce genre de moment qu'on se disait qu'on aurait mieux fait de ne pas venir et de rester au lit.

Elle était à présent à sa hauteur. Lyna l'avait longuement regardé dans les yeux mais son regard se tourna vers le sol. Pourquoi? Tout simplement parce que le regard que lui lancé le jeune homme la mettait mal à l'aise. C'était exactement le même regard que quand elle était partit. Vous savez ce genre de regard rempli à la fois de tristesse mais surtout de colère. Elle releva cependant la tête pour laisser échapper quelques mots. Et préféra s'en aller... Une nouvelle fois. Frôlant de son bras Hugo, celui ci ne la laissa cependant pas partir la rattrapant à l'avant-bras. Et elle aurait préféré qu'il ne la rattrape pas, vu ce qu'il lui lança... "Ca fait 7 ans, Lyna,... Si tu voulais essayer de me voir, tu aurais dû m'apeller... Va au fond de la salle temporaire et tu verras pourquoi je suis resté..." Ce qui suivit, fut ce qui la toucha le plus, ce qui lui fit le plus de mal " J'ai réussi... en t'oubliant...". Elle avait tenté de retenir ses larmes mais là, ce fut trop dur. Elle laissa perlé une d'entre elle sur ses joues mais l'essuya rapidement d'un revers. Elle se dirigea alors vers la salle temporaire, comme il lui avait indiqué qui se trouvait à seulement quelques pas d'où ils se trouvaient. Observant la salle, elle reconnu aussitôt que toute ses oeuvres n'étaient donc que celle d'Hugo.

- C'est magnifique... Elle lança cette remarque pour elle même, à peine audible, dans un murmure.

Elle se retourna vers le jeune homme alors qui l'avait suivit. Les yeux humides, le coeur toujours battant aussi fort et une boule qui se formait dans son ventre, elle reprit alors la parole sur un ton qui exprimé de la colère :

- J'ai merdé Hugo, je le sais. Tu as le droit de m'en vouloir pour ça, je peux pas te le reprocher. Mais s'il te plait, laisse moi au moins une chance de t'expliquer... Je t'en prie...

Expliquer quoi? Pourquoi elle n'avait plus donner de ses nouvelles pendant tout ce temps? Pourquoi elle ne l'avait pas prévenu de son retour? Pourquoi elle avait tout simplement suivit son père à New York 7 ans auparavant alors qu'elle avait dit à Hugo que pour rien au monde elle n'échangerait son bonheur avec lui? Elle expliquerai à Hugo tout ce dont il avait envie d'entendre, elle répondrais à toute les questions qu'il souhaiterait. Des larmes perlèrent à nouveau sur ses joues et elle ajouta alors dans un souffle le regard au sol ...

- C'est tout ce que je te demande...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hugo T. Berckford
In the Black, All the Colors Grant
avatar

Nombre de messages : 301
Age : 25
Song : The Weatherman - Damien Rice
Date d'inscription : 04/08/2008

In the Bullet
Emploi: Photographe et Peintre
Copyright: A(c)
Relations:

MessageSujet: Re: Quand on aime, c'est pour la vie... [Hugo]   Mer 27 Aoû - 21:52

    Flashback:
    Hugo prit le carnet qu'elle lui tendit, et découvrit le dessin qu'elle avait fait, très propre, comme toujours. Ce serait surement sa plus grande force à l'avenir, sa propreté, aucunes traces nuisibles, aucuns traits inutiles. L'adolescent la comparer parfois a de la lumière, toujours claire et précise dans tout ce qu'elle faisait. Et même les sous-entendus et les regard insistant qu'elle lui faisait étaient compréhensible pour lui. Il ne prit pas la peine de dire le moindre mot, se contentant de sourire devant le croquis admirable de la demoiselle. Tandis qu'elle aussi analysé le croquis légèrement brouillon, le futur artiste se rapprocha d'elle, saisissa avec ses doigt le menton de Lyna, et lui tourna la tête pour qu'il lui vole un baiser. Bref, il ne dura pas plus d'une seconde, lui remettant le regard sur son croquis, il passa ensuite son bras autour de son épaule pour se blottir contre elle..


    - C'est bon t'as gagnée.. mais t'auras rien..
    - Quoi ?! C'est moi qui gagne c'est toi qui offre, c'est la règle !
    - T'as triché, tu m'a déconcentrée avec ton rituel !

    Ne lui laissant même pas le temps de répondre, il l'embrassa tendrement.. Même si elle le battait dans de nombreux domaines, Hugo avait apprit à la connaitre et sachant tout d'elle, il a aussi découvert comment faire taire cette pipelette.. Elle ne le cri surement pas sur les toits, mais lui, il sait qu'elle ne résiste pas aux baisers Berckfordien !

    Fin du Flashback.

    - J'ai réussi.... en t'oubliant....

    Ne mesurant pas sa colère, il comprit réellement ce qu'il avait dit quand il vu les yeux de Lyna se remplirent d'humidité et laissèrent couler une fine larme balayé aussitôt d'un revers de main.. Perdu dans ses pensées, à ce qu'ils avaient vécu et ce qu'il venait de dire, il réalisa la justesse maladive de ce propos. Hugo avait commencé à peindre vers ses 13 ans, reproduisant simplement des photos, des images. Puis le jeune homme commença à suivre plus sérieusement des cours de dessins et de peintures et il avait rencontré Lyna.. Du chemin, ils en avaient fait ensemble, partageant les mêmes passions, ils s'entendaient sur tout. Les adolescents avaient énormément et considérablement progréssés au bout de ces années " à deux ". Puis ils ont commencé à penser à l'avenir, à l'après-lycée. Hugo se sentait prêt a affronter la vie réelle, on lui avait toujours reprocher son côté brouillant et sale, alors que sa partenaire était son opposé.. Il ne voulait surtout pas se conformer dans un style, dans une mode et ne voulait plus continuer à suivre des cours qui le mènerait vers une autoroute que trop de gens prennent. Ainsi la métaphore suivrait par le fait qu'il aimait et aime toujours les routes sinueuses, bosselés, sales et emprunter à de rares occasions.. Lyna, elle avait décidé de suivre cette autoroute, elle voulait en voir plus, connaitre plus de choses. Comme un couple ne s'entendant par sur la route à prendre, elle a suivi son "GPS" et empruntait cette longue route droite et ennuyeuse. Pour Hugo elle avait bifurqué. C'était la seule fois où elle n'avait pas suivis ses conseils.. Le soir de son départ, il s'était enfermée dans la cave, et avait peint, sans préparation de teintes, sans idées près-conçu, avec pour seule esquisse, la peine qu'il ressentait en ce moment. Le jeune homme avait opté pour les premières couleurs qui lui viendront aux mains, du gris, du rouge, du noir et du bleu.. Ne regardant plus les heures passés, il avait finit par s'asseoir par terre et il avait pleuré, sans un mot, en restant froid comme après la remise des diplômes... Il avait peint abstraitement une bifurcation en perspective, avec le tournant en premier plan et une route au second, avec une voiture qu'on ne pouvait distinguer que grâce à ses phares rouges qui s'éloignait..
    Ces mots, malgré la douleur qu'ils pèsent étaient la description la plus exacte qu'il pouvait faire. Après son départ, il avait peint, encore et encore, puis de fil en aiguilles, on lui à proposer des petites places dans de petites expositions de boutiques.. Il avait littéralement réussi en l'oubliant..

    Après ces paroles, elle s'était empressé d'aller voir la salle des expositions temporaires, suivis de peu par Hugo.. Qui n'entra même pas, restant appuyer le dos contre le mur blanc.


    - J'ai merdé Hugo, je le sais. Tu as le droit de m'en vouloir pour ça, je peux pas te le reprocher. Mais s'il te plait, laisse moi au moins une chance de t'expliquer... Je t'en prie...

    Elle qui, il y a à peine 4 petites minutes voulait partir à nouveau, était enfin prête à s'expliquer.. Hugo ne put rester froid à cette proposition car au fond tout ce qu'il lui demandé c'était des réponses.. Elle n'avait pratiquement jamais donné de nouvelles, et ne l'avait pas prévenu de son retour. Le peintre aurait pu être soulagé d'apprendre qu'elle avait tourné la page, qu'elle l'avait oublié et qu'elle n'aller pas revenir. Il s'était finalement accommodé à cette pensée, cette idée de ne jamais la revoir. Accepter des réponses pouvait être libérateur, mais pour Hugo cela ne faisait que discréditer ce pourquoi il avait décidé d'évoluer.. Entendre les réponses à ses questions le replongerai immédiatement 7 années en arrière et il ne voulait pas revivre ça..
    Son air froid disparu, même si aucun sourire ne venit s'y ajouter, ses yeux étaient redevenus secs..


    - Je ne veut pas d'explications Lyna. Tu es parti c'est tout, tu aurais pu m'oublier, tout simplement.. Je ne veut pas qu'on retourne en arrière. Nous allons tous les deux sortir de cet endroit, et nous allons vivre nos vies..... J'ai muri et même si ta présence m'est pénible, je ferai avec...

    Il ne pouvait pas être plus clair.. Sa vie avait changé après son départ et il ne voulait pas revivre le passé.. Il saisissa son menton avec ses doigts couvert de peintures, et dirigea son regard vers lui. Lui lançant un sourire léger, il lâcha prise et tournât les talons vers la sortie. Pressant le pas au fur et à mesure qu'il s'éloignait d'elle et de son passé,j il descendit les quelques marches rapidement et se dirigea vers sa voiture garé un plus loin dans une rue voisine... Une fois dans celle-ci, il resta une seconde figeait avant de mettre la radio en marche.. Restant encore une fois figé les mains sur le volant, il déposa son front contre le rebord de celui-ci et éclata en sanglots..


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand on aime, c'est pour la vie... [Hugo]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand on aime, c'est pour la vie... [Hugo]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quels métiers, quelles filières quand on aime la biologie mais que l'on ne veut pas être médecin ?
» Quand tous vos 3° sont pour la peine de mort... Désarroi et questions!
» Quand doit ont se lever pour la prière ?
» Quand a lieu la CAPA pour la promotion d'échelon (certifiée)?
» convocation pour le bac, quand?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
OUT OF AFRICA :: PORT ELIZABETH :: KING GEORGE VI ART GALLERY-
Sauter vers: